Actualités L'Université des femmes partage

 

L’obscurantisme est-il de retour ?
Fermeture prochaine de la bibliothèque 27 septembre
 

A une question parlementaire concernant l’ouverture des bibliothèques aux étudiants en blocus, la Ministre de l’Education, de la Culture et de l’Enfance, Joëlle Milquet, répondait le 25 juin 2015 :
« Ouvrir les bibliothèques aux étudiants est une très bonne idée. (…) C’est une bonne idée, surtout pour les étudiants d’origine plus modeste, qui n’ont pas l’espace suffisant à domicile pour étudier. (…) Il serait intéressant que les bibliothèques aient une politique d’ouverture aux étudiants pendant les périodes de blocus. (…) Je vais m’atteler à cette tâche dès maintenant, car, je le répète, il s’agit d’une idée intéressante, surtout dans les quartiers à indice socioéconomique faible. »
Quelle ne fut pas la surprise des 22 travailleurs et des lecteurs de la bibliothèque de la Communauté française, qui relève désormais de la compétence de la Ministre de la Culture, Joëlle Milquet, d’apprendre, ce mardi 15 septembre 2015 - soit dès la rentrée scolaire -, que sa fermeture était prévue.
La bibliothèque de l’Espace 27 septembre est un véritable fleuron de la Communauté française ; il s’agit de la deuxième bibliothèque de Belgique en terme de qualité d’ouvrages après la Bibliothèque royale (l’Albertine) ; sa réputation dépasse nos frontières. Elle compte pas moins de 650.000 ouvrages, dont des joyaux du patrimoine, notamment un fonds historique précieux antérieur à la transformation de la Belgique en un état fédéral ; on y trouve des ouvrages qu’on ne trouve plus nulle part ailleurs. Elle regroupe les fonds prestigieux de l’ancien Ministère de l’Instruction publique (devenu Ministère de l’Education nationale, puis Ministère de l’Education, de la Recherche et de la Formation), complété par les fonds non moins prestigieux de l’ancien Ministère de la Communauté française (devenu Ministère de la Culture et des Affaires sociales), ainsi que les fonds spécifiques de l’Aide à la Jeunesse, de l’ADEPS et de l’ONE.
La bibliothèque 27 septembre emploie 19 travailleurs du Ministère et 3 de l’ONE. C’est la bibliothèque de l’enseignement (enseignants, personnel de vérification et d’inspection) ; c’est aussi la bibliothèque professionnelle du personnel de la Communauté française, celle où il trouve les ouvrages de référence nécessaires, anciens et récents, dont une collection fabuleuse de bases légales anciennes. C’est enfin la bibliothèque des opérateurs culturels et d’éducation permanente subventionnés par la Communauté, ainsi que celle de nombre de passionnés de lecture.
La bibliothèque 27 septembre s’adresse à un public de 18 à 20.000 lecteurs effectifs et est accessible aux étudiants dès 16 ans. Elle effectue environ 30.000 prêts par an, outre la consultation de livres dans ses salles de lecture, et dispose de nombreux abonnements à des revues, professionnelles et autres. Son mode de fonctionnement est un avantage non négligeable pour ses utilisateurs. En effet, quelle est la bibliothèque qui prête les livres gratuitement ? Quelle est la bibliothèque qui envoie directement, par voie postale, des ouvrages aux services provinciaux emprunteurs ? Quelle est la bibliothèque qui achète des livres à la demande en cas d’utilité générale ? La bibliothèque 27 septembre !
La bibliothèque 27 septembre est un service public, qui s’adresse à tous les publics, professionnels ou non. C’est un lieu important de convivialité pour le personnel de la Communauté française ; il s’agit également d’un espace de mixité sociale et culturelle, d’un espace de solidarité, d’un lieu de travail pour les jeunes du quartier - un quartier à indice socioéconomique faible si « cher » à Madame Milquet.
La fermeture de la bibliothèque 27 septembre est un crime contre la culture, selon les termes d’un utilisateur atterré, mais également un crime contre l’éducation, alors même que ces deux matières relèvent de la compétence de la Communauté française et sont entre les mains de la même ministre. On ne trouve pas tout sur internet et beaucoup de lecteurs aiment toucher les livres et les compulser, par besoin ou par plaisir.
Interpellée par des rumeurs qui s’amplifiaient, la CGSP a demandé, de manière informelle, des informations utiles à l’Administrateur général, Monsieur André-Marie Poncelet, qui s’est voulu rassurant, indiquant que, si ce projet est à l’examen, il ne devrait pas voir le jour avant deux ou trois ans.
Si l’objectif est de récupérer des locaux, comme d’aucuns le suggèrent, des aménagements pourraient être envisagés pour limiter l’occupation de l’espace. Mais pourquoi vouloir absolument jeter le bébé avec l’eau du bain ?
Ouvrir la bibliothèque aux livres électroniques n’implique pas la destruction des collections ou leur évacuation vers une bibliothèque de quartier. Cela n’implique ni l’obscurantisme, ni l’iconoclastie.
La fermeture de la bibliothèque 27 septembre est-elle le début de la fin du service public en Communauté française ?
Espérant étouffer dans l’œuf ce projet qu’elle juge inepte, la CGSP Communauté française a élaboré une pétition qu’elle met à la disposition de tous, sur place, en annexe ou en ligne, à l’adresse :  <https://lapetition.be/en-ligne/Fermeture-de-la-Bibliotheque-27-septembre-16288.html> https://lapetition.be/en-ligne/Fermeture-de-la-Bibliotheque-27-septembre-16288.html.
La pétition se clôture le 4 décembre 2015, date à laquelle les listes de signatures doivent être parvenues à Joëlle Petit (MCF-DGBF), Bd Léopold II 44 (local4C089) à 1080 Bruxelles.  Tél. 0471/76 95 10.
 
Anne-Marie Vanhooren
Présidente (F) IRB-AMiO
Présidente et déléguée permanente
Sous-secteur Communauté française

Chronique féministe n°115, janvier/juin 2015

9,50€

Femmes nordiques: politiques féministes et sociales au Nord

Les 22 et 23 avril 2015, s'est tenu à l'Université des Femmes un colloque international consacré aux « Femmes nordiques. Politiques féministes et sociales au Nord ». Le dossier de ce numéro de Chronique féministe en reprend partiellement les actes ainsi que d'autres articles traitant de la même thématique.

CF115.2015

 

Table des matières

DOSSIER

5   Des sociétés nordiques favorables aux femmes? Solveig BERGMAN

8   Défamilialisation du care et égalité femmes-hommes : l'expérience suédoise / Anne-Marie DAUNE-RICHARD

12 L'égalité des chances dans les pays nordiques : un long fleuve tranquille? Maria JEPSEN

17 Promouvoir l'égalité des genres auprès des enfants, c'est leur ouvrir le champ des possibles / Mathieu DE BACKER

19 Hommes et femmes en Islande : une égalité juridique et de fait / Marion BROCHET

22 Abolir les violences contre les femmes et les enfants dans un contexte de dépatriarcalisation / Valérie LOOTVOET

24 La violence éducative ordinaire : enfant du patriarcat / Frédérique HERBIGNIAUX

28 Billet d'humeur de la réalisatrice / Marion CUERQ

30 Le système prostitutionnel comme une violence inhérente faite aux femmes / Aïssata MAÏGA

35 Pouvoir économique en Suède et inégalité des sexes / Elisabeth ELGÁN

39 Retour sur le Forum de l'égalité dans les pays nordiques

40 Hilma af Klint et le musée féministe d'Umeå / Julie CARLIER

42 Un commerce des femmes à dénoncer / propos recueillis par Pierrette PAPE

THÈSES DÉFENDUES

44 De la cour de récréation aux espaces publics. La construction des territoires masculins et des inégalités filles/garçons / Edith MARUÉJOULS

48 Brukman : une usine récupérée par les ouvrières / Natalia HIRTZ

ATTENTIVES

51 Gestation pour autrui : faut-il légiférer? / Un majorité sexuelle à 14 ans? Au profit de qui? / Résolution du Gacehpa à l'occasion des 25 ans de la loi sur l'avortement en Belgique / et d'autres...

LECTURES

64 Jouer pour l'égalité avec un livre-jeu qui a fait ses preuves / et d'autres...

 

 

l'invention de la cerveline

Ce travail analyse la façon dont les romans français de la Belle Époque (1880-1914) dépeignent les premières femmes à l’Université et plus particulièrement les étudiantes de la Faculté de Médecine de la Sorbonne.

Derrière ce portrait se dégage toute une série de stéréotypes marqués par le discours ambiant de l’époque. L’auteure s’attache à les relever, à les replacer dans leur contexte historique et à en analyser les effets sur la narration des œuvres. Elle montre en quoi ces représentations figées contribuent à créer une image négative de l’étudiante et reflètent une certaine rhétorique — que l’on pourrait aujourd’hui qualifier d’antiféministe — sur la « femme nouvelle » au tournant du siècle, dont on retrouve aussi les échos dans de nombreux documents de l’époque (presse, témoignages, essais).

En mêlant les théories littéraires en analyse du personnage et des stéréotypes, elle propos une perspective d’approche originale de ces pionnières qui, très peu étudiées jusqu’ici, ne l’avaient encore jamais été sous un angle aussi bien littéraire que sociologique et historique.

 

L'invention de la « cerveline ». L'étudiante dans la littérature de la Belle Époque, Carlotta DA SILVA, (« Cahiers de l'UF »; n°11), 190 p.

16€

Table des matières

INTRODUCTION

PREMIÈRE PARTIE

présentation des concepts et contexte

La notion de stéréotype

Qu’est-ce qu’un stéréotype ? Tentative de définition

• Les fonctions du stéréotype

• Un terme pour le moins connoté

Notre approche du stéréotype au travers de ce travail

Méthodologie d’analyse des stéréotypes pour ce travail

Présentation des œuvres étudiées

Les romancières de la Belle époque

• Pourquoi ne lit-on plus leurs romans aujourd’hui

« Émancipée » de Th. Bentzon

• Description de l’ouvrage

• Contexte de production

« L’Étudiante. Notes d’un carabin » de Salvador Quevedo

• Description de l’ouvrage

• Contexte de production

« Doctoresse » de Roger Dombre

• Description de l’ouvrage

• Contexte de production34

« Princesses de Science » de Colette Yver

• Description de l’ouvrage

• Contexte de production

• Colette Yver, écrivaine antiféministe ?

Conclusion intermédiaire

Les premières étudiantes à l’université de Paris

Des intruses dans le paysage intellectuel de la Belle époque

L’arrivée des étudiantes à l’Université

Un enseignement différencié :
éducation des filles vs instruction des garçons

Un débat très « fin de siècle » : laissera-t-on place à l’étudiante nouvelle ?

• Un projet d’université féminine avorté

• Des débuts en débats

 

DEUXIÈME PARTIE

ANALYSE DES STEREOTYPES A TRAVERS leS ŒUVRES

Les « être » des étudiantes : reconstruction d’une identité éparse

Portraits physiques et psychologiques des héroïnes

Origines : Genèse d’un sociotype multiple

• D’où viennent-elles ?

• Combien sont-elles ?

• De quelle origine sociale sont-elles issues ?

Motivations

• La soif d’apprendre

• L’influence familiale

• La pauvreté

• L’émancipation

• Pourquoi la médecine ?

L’anormalité des étudiantes

• Une monstrueuse idée que d’étudier

• L’étudiante ou l’impossible féminité

Cœur vs cerveau : l’immuable combat

L’égalité en matière d’éducation

• Moins intelligentes parce que femmes ?

• Une éducation de « chiens savants »

• Différentes jusqu’au bout du bistouri

Les « faire » des étudiantes : à la recherche de nouvelles voies

L’étudiante, figure d’émancipation

• Vers une nouvelle conception de l’amour

• La tentation de se retrancher dans la norme

• L’influence des cercles féministes

La relation des étudiantes avec les étudiants

• Rivalités et moqueries

• Entre camaraderie et flirt

Réflexion sur les fonctions des stéréotypes dans les œuvres

Conclusion

BIBLIOGRAPHIE

 

 

L'Université des Femmes est signataire de la carte blanche parue dans Le Soir du 19 mars 2015.

 

 

Actualités

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5