Actualités L'Université des femmes partage

Avec Estelle Krzeslo et Laurent Vogel

Vendredi 10 juin 2016 à 20h15

UPJB, Rue de la Victoire 61 1060 Bruxelles

1966 : il y a 50 ans, trois mois de grève spontanée et massive au cours de laquelle les ouvrières de la FN écrivent collectivement une page décisive de notre histoire sociale. Les commémorations en retiennent quelques aspects. D'autres restent dans l'ombre. Estelle Krzeslo et Laurent Vogel présenteront quelques aspects négligés de cette histoire. Comment les ouvrières sont-elles parvenues à faire entendre leur voix dans les syndicats à partir de la grève de 1966? Comment ont-elles abordé les questions de santé au travail?

Estelle Krzeslo a travaillé à la FN entre 1973 et 1977. Elle a ensuite été sociologue du travail à l'ULB. Laurent Volgel est chercheur à l'Institut syndical européen. Il enseigne le droit de la santé au travail à l'ULB. Il a notamment écrit le livre La santé des femmes au travail en Europe : des inégalités non reconnues.

Par courrier, l'Université des Femmes a fait part, aux député-e-s, de son opposition à l'actuel projet de loi visant à donner un statut juridique au fœtus à partir du 85e jour de la grossesse.

Lettre adressée aux parlementaires concernant le projet de loi sur le statut juridique du fœtus

Ce prix est décerné à des étudiant-e-s ayant réalisé un travail de fin d'études abordant une problématique « femmes » dans un esprit féministe.

Deux prix sont octroyés :
- Catégorie “Master” : 1er PRIX de 1000 euros
- Catégorie “Baccalauréat” : 1er PRIX de 500 euros

Les deuxième et troisième prix reçoivent des ouvrages. Tous les prix sont offerts par la Direction de l'Égalité des Chances de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Le travail doit avoir été sanctionné par une institution d'enseignement supérieur universitaire (“Master”) ou non universitaire (“Baccalauréat”) belge francophone au cours de l'année académique 2014-2015. Il peut être défendu dans toute discipline mais doit contribuer à enrichir les connaissances utiles aux femmes et aux rapports sociaux de sexe.

LES CANDIDAT-E-S DOIVENT TRANSMETTRE LEUR TRAVAIL EN TROIS EXEMPLAIRES ACCOMPAGNÉS D'UN BREF CV ET COMPLÉTER UNE FICHE DE DÉPÔT DISPONIBLE À L'UNIVERSITÉ DES FEMMES POUR LE 15 JANVIER 2016. ATTENTION : L'UNIVERSITÉ DES FEMMES EST EN CONGÉ DU 23 DÉCEMBRE 2015 AU 1 JANVIER 2016 INCLUS.

La sélection est effectuée par un jury composé d'enseignant-e-s et de chercheur-e-s appartenant à diverses disciplines.
Le prix est marrainé par la Direction de l'Égalité des Chances de la Fédération Wallonie-Bruxelles.
Les mémoires primés seront présentés dans notre revue “Chronique féministe”.

Règlement du Prix de l'UF et fiche de dépôt

 

L’obscurantisme est-il de retour ?
Fermeture prochaine de la bibliothèque 27 septembre
 

A une question parlementaire concernant l’ouverture des bibliothèques aux étudiants en blocus, la Ministre de l’Education, de la Culture et de l’Enfance, Joëlle Milquet, répondait le 25 juin 2015 :
« Ouvrir les bibliothèques aux étudiants est une très bonne idée. (…) C’est une bonne idée, surtout pour les étudiants d’origine plus modeste, qui n’ont pas l’espace suffisant à domicile pour étudier. (…) Il serait intéressant que les bibliothèques aient une politique d’ouverture aux étudiants pendant les périodes de blocus. (…) Je vais m’atteler à cette tâche dès maintenant, car, je le répète, il s’agit d’une idée intéressante, surtout dans les quartiers à indice socioéconomique faible. »
Quelle ne fut pas la surprise des 22 travailleurs et des lecteurs de la bibliothèque de la Communauté française, qui relève désormais de la compétence de la Ministre de la Culture, Joëlle Milquet, d’apprendre, ce mardi 15 septembre 2015 - soit dès la rentrée scolaire -, que sa fermeture était prévue.
La bibliothèque de l’Espace 27 septembre est un véritable fleuron de la Communauté française ; il s’agit de la deuxième bibliothèque de Belgique en terme de qualité d’ouvrages après la Bibliothèque royale (l’Albertine) ; sa réputation dépasse nos frontières. Elle compte pas moins de 650.000 ouvrages, dont des joyaux du patrimoine, notamment un fonds historique précieux antérieur à la transformation de la Belgique en un état fédéral ; on y trouve des ouvrages qu’on ne trouve plus nulle part ailleurs. Elle regroupe les fonds prestigieux de l’ancien Ministère de l’Instruction publique (devenu Ministère de l’Education nationale, puis Ministère de l’Education, de la Recherche et de la Formation), complété par les fonds non moins prestigieux de l’ancien Ministère de la Communauté française (devenu Ministère de la Culture et des Affaires sociales), ainsi que les fonds spécifiques de l’Aide à la Jeunesse, de l’ADEPS et de l’ONE.
La bibliothèque 27 septembre emploie 19 travailleurs du Ministère et 3 de l’ONE. C’est la bibliothèque de l’enseignement (enseignants, personnel de vérification et d’inspection) ; c’est aussi la bibliothèque professionnelle du personnel de la Communauté française, celle où il trouve les ouvrages de référence nécessaires, anciens et récents, dont une collection fabuleuse de bases légales anciennes. C’est enfin la bibliothèque des opérateurs culturels et d’éducation permanente subventionnés par la Communauté, ainsi que celle de nombre de passionnés de lecture.
La bibliothèque 27 septembre s’adresse à un public de 18 à 20.000 lecteurs effectifs et est accessible aux étudiants dès 16 ans. Elle effectue environ 30.000 prêts par an, outre la consultation de livres dans ses salles de lecture, et dispose de nombreux abonnements à des revues, professionnelles et autres. Son mode de fonctionnement est un avantage non négligeable pour ses utilisateurs. En effet, quelle est la bibliothèque qui prête les livres gratuitement ? Quelle est la bibliothèque qui envoie directement, par voie postale, des ouvrages aux services provinciaux emprunteurs ? Quelle est la bibliothèque qui achète des livres à la demande en cas d’utilité générale ? La bibliothèque 27 septembre !
La bibliothèque 27 septembre est un service public, qui s’adresse à tous les publics, professionnels ou non. C’est un lieu important de convivialité pour le personnel de la Communauté française ; il s’agit également d’un espace de mixité sociale et culturelle, d’un espace de solidarité, d’un lieu de travail pour les jeunes du quartier - un quartier à indice socioéconomique faible si « cher » à Madame Milquet.
La fermeture de la bibliothèque 27 septembre est un crime contre la culture, selon les termes d’un utilisateur atterré, mais également un crime contre l’éducation, alors même que ces deux matières relèvent de la compétence de la Communauté française et sont entre les mains de la même ministre. On ne trouve pas tout sur internet et beaucoup de lecteurs aiment toucher les livres et les compulser, par besoin ou par plaisir.
Interpellée par des rumeurs qui s’amplifiaient, la CGSP a demandé, de manière informelle, des informations utiles à l’Administrateur général, Monsieur André-Marie Poncelet, qui s’est voulu rassurant, indiquant que, si ce projet est à l’examen, il ne devrait pas voir le jour avant deux ou trois ans.
Si l’objectif est de récupérer des locaux, comme d’aucuns le suggèrent, des aménagements pourraient être envisagés pour limiter l’occupation de l’espace. Mais pourquoi vouloir absolument jeter le bébé avec l’eau du bain ?
Ouvrir la bibliothèque aux livres électroniques n’implique pas la destruction des collections ou leur évacuation vers une bibliothèque de quartier. Cela n’implique ni l’obscurantisme, ni l’iconoclastie.
La fermeture de la bibliothèque 27 septembre est-elle le début de la fin du service public en Communauté française ?
Espérant étouffer dans l’œuf ce projet qu’elle juge inepte, la CGSP Communauté française a élaboré une pétition qu’elle met à la disposition de tous, sur place, en annexe ou en ligne, à l’adresse :  <https://lapetition.be/en-ligne/Fermeture-de-la-Bibliotheque-27-septembre-16288.html> https://lapetition.be/en-ligne/Fermeture-de-la-Bibliotheque-27-septembre-16288.html.
La pétition se clôture le 4 décembre 2015, date à laquelle les listes de signatures doivent être parvenues à Joëlle Petit (MCF-DGBF), Bd Léopold II 44 (local4C089) à 1080 Bruxelles.  Tél. 0471/76 95 10.
 
Anne-Marie Vanhooren
Présidente (F) IRB-AMiO
Présidente et déléguée permanente
Sous-secteur Communauté française

Actualités

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5